LES PEREGRINATIONS DU ZEBRE LE PREMIER JOUR DE 2020

La veille, soir de réveillon, même si le repas était totalement vegan, j’ai un peu abusé des bonnes choses. Oh, pas de vin ni d’alcool mais des mets torrides, une vraie tuerie notamment le fromage bleu de Jay et Joy. Bref, la quantité ingurgitée m’a incité à me coucher relativement de bonne heure. Chance, pas un bruit, un sommeil de plomb mais se lever à 6 h 00 du matin le 1er de l’an, ça fait un peu mal. et ma détermination est toujours intacte. Le jour précédent, j’avais annoncé 100 km de vélo ce jour-là ce qui semblait tout de même un peu présomptueux., je veux bien l’admettre.

Bref, je m’habille chaudement, il fait entre – 1 et 1 degré, il fait nuit, je prend la frontale et vais chercher mon vélo au fond de la cave. (pas de local vélo). Je pars confiant sur les bords de marne en me disant que j’étais bien au chaud dans mon lit sous la couette. Je laisse cette pensée derrière moi. Je connais très bien le parcours mais je ne suis pas totalement réveillé. Aux alentours de la guinguette « chez gégène », à quelques mètres de moi se trouve une barrière rouge et blanche que je n’ai pas vu jusqu’ici, alors que je sais qu’elle se trouve là, je freine comme un dingue au dernier moment pour éviter de la percuter puis je me retrouve par terre. A cet instant, je me dis que je vais rentrer, que je n’aurais pas dû sortir mais c’est mal me connaître de croire que c’est ce que j’ai fais.

Je reprend la route avec une douleur à la jambe gauche, un bleu sans doute qui gonflera plus tard, et à l’épaule droite plutôt musculaire due à la chute et au réflexe que j’ai eu pour éviter la collision. Je deviens plus prudent et attentif mais il gèle, je n’y fait pas trop attention et ce qui devait arriver arriva : Je glisse et chute à nouveau sans trop de bobos cette fois-ci car j’étais tout de même plus vigilant. Je ne me rend pas compte que mon portable est tombé et je poursuis ma route. Au bout de quelques kilomètres, je m’en aperçois et fait demi-tour. Le couple que j’avais croisé me demande si c’est le mien et je leur confirme. C’est un peu grâce à eux que je l’ai récupéré. Nous nous souhaitons une bonne année et je reprends le chemin qui me mène autre part.

Je sais que je peux poursuivre au moins jusqu’au parc de Noisiel mais presque arrivé à Noisy le Grand, une voiture est stationnée en travers du chemin et j’entends plusieurs voix. Je pense qu’il s’agit d’un certain trafic mais je ne veux rien savoir et je décide de faire demi-tour. Je continue mon chemin sur l’autre rive et continue ainsi jusqu’à la place de la Bastille en faisant un arrêt p’tit café à porte dorée. Il fait enfin jour, je décide de faire demi tour et cette fois-ci, je vais aller au delà de Noisy le Grand et je ne croiserai que des coureurs et cyclistes. Je crois que c’est juste avant Noisy Champs que je décide de rentrer au bercail tout en terminant par un tour du Bois de Vincennes. Encore quelques kilomètres près de la maison et une fois 70 km de fait, je considère que ça suffit et que je ne vais pas perdre les kilos pris en un jour. J’ai réalisé plus des 2/3 du défi que j’avais engagé et cela m’a amplement suffit. Beau début d’année 2020.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.