Ludovic Parreira, le secret d’un champion

C’est un grand plaisir de pouvoir échanger avec Ludovic Parreira.

Son parcours est exceptionnel, il est peu comme un héros des temps moderne.

Vice-champion du monde de Jiu Nogi et vice-champion d’Europe en Jiu Jitsu (arts martiaux), il nous raconte son histoire.

Il a un petit secret pour être en forme…

Quel est votre rapport au sport ?

J’ai commencé fin des années 90 par la boxe thaïe. Ce fut pour moi une révélation. J’ai appris le goût de l’effort, cela m’a permis de sortir de la délinquance et a accentué mon attrait pour la culture asiatique.

Les films d’arts martiaux et les mangas avaient déjà planté une graine en moi en amont, puis cela s’est accéléré quand je suis tombé sur une VHS de l’UFC 2 où j’ai découvert ce qui allait devenir le MMA et le Jiu Jitsu Brésilien… De là ma vie est devenue une succession de voyage aux quatre coins du monde pour apprendre et parfaire mes connaissances, pour combattre dans diverses disciplines et donner des stages ou séminaires parfois dans des pays émergents d’Asie du sud-est où je me suis fait un plaisir d’enseigner gratuitement ou reverser les fonds à une association locale pour refuges animaliers ou orphelinats d’enfants. 

En parallèle j’ai ouvert mon club GPSPORTS à Miramas où j’y dispense des cours de Jiu Jitsu brésilien, Grappling/LutaLivre et MMA. Il y a aussi une section enfants et une réservée à la gente féminine ! Du lundi au samedi et même un dimanche par mois !

Aujourd’hui, après quelques titres comme vice-champion du monde de Jiu Nogi et vice-champion d’Europe en Jui Jitsu, je continu la compétition aussi souvent que possible avec la même faim et comme je me sens bien, malgré mes 41 ans, je continu !

Parlez nous du secret de votre forme. Comment êtes-vous devenu végétarien ?

Je suis devenu végétarien en un instant au cours du visionnage du documentaire de Paul McCartney, si les battoirs avaient des vitres.

J’ai été sidéré par la réalité et le changement a eu lieu à cet instant. C’est devenu une évidence par la suite car j’aimais tellement les animaux depuis mon enfance… Mais le formatage de la matrice économique, culturelle et agroalimentaire dissimulaient tout ça sous des couches d’ignorances que j’ai pu en partie diluer grâce à la méditation.

Puis après avoir arrêté la viande, j’ai continué de réfléchir et me documenter… et l’élément déclencheur a été « Plaidoyer pour les animaux » de l’excellent Matthieu Ricard.

J’ai décidé de m’engager plus profondément dans la « cause qui me paraissait juste pour un monde meilleur » et aussi je voulais faire l’expérience sur moi-même car c’est mon caractère de vérifier par moi-même, cette légende « des carences en protéines » et autres blablablas du même genre… et surtout est ce que j’allais être meilleur, moins bon, ou en meilleur santé etc… ?  Depuis bientôt 10 ans maintenant je suis convaincu que j’ai fait le meilleur choix pour ma santé et pour le « moins de souffrance », je souhaite laisser une empreinte derrière moi   la moins sombre possible ! 

De plus j’ai réalisé mes meilleurs performances et titres depuis que j’ai changé de régime et je m’en réjouis !

Comment le changement s’est fait ressentir au niveau de vos performances ?

Ma récupération s’en est vu transformée. J’ai aussi intégré de la spiruline d’excellente qualité de mes partenaires Algavita (société française) qui ont une large gamme de produits.

L’ONG Warrior est une organisation dont l’objectif est de sensibiliser par le sport le respect du vivant. Parmi toutes les associations qui porte un message en faveur de la défense de l’environnement et des animaux pourquoi as-tu choisi Vegan Warrior ?

J’ai rencontré Magà Ettori à Paris au cours de la journée contre les abattoirs et de tous les stands et personnages de ce jour il est celui dans lequel je me suis le plus reconnu. La démarche m’a plu et parlé, je me suis donc dit que ce serait avec plaisir et fierté que je représenterai l’asso et son mouvement chaque fois que je pourrai.

Cette association est réellement utile et engagée comme beaucoup d’autres asso très respectables que je soutien aussi mais celle-là se fait ambassadrice de la performance sportive chez les véganes et c’est exactement la démarche que j’ai aussi.

De quelle façon incarnez-vous votre rôle d’ambassadeur de Vegan Warrior ?

Je pose et je fais des dédicaces aux quatre coins du monde malgré mon emploi du temps très chargé c’est tout ce que je peux faire actuellement, je travaille aussi à la  SNCF  et je suis en plus de mon club, bénévole  pour une association  pour enfants en situation de handicaps et vice-président de la SPA de Salon de Provence  près de chez moi. 

« Nous menons une guerre contre les animaux. Si nous la gagnons, nous sommes perdus ». Hubert Reeves.

Ludovic Parreira, nous vous souhaitons encore des réussites et du bonheur, et merci pour vos engagements et votre sincérité.

Karine Dana

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.